Secours International Réseau d'Aides Humanitaires

    FR  EN   

EXCISION

Excision

NOS DISPOSITION POUR LUTTER CONTRE L'EXCISION PARTOUT DANS LE MONDE

L'Excision signifie que l’on entaille, gratte ou coupe le capuchon clitoridien ou que l’on procède à l’ablation entière ou partielle des grandes et des petites lèvres – au moyen de couteaux, de lames de rasoir, de tessons et d’autres objets tranchants souvent sales, sans anesthésie. La grande majorité des filles et des femmes concernées vivent en Afrique de l’Ouest et du Nord-Est. Dans certaines régions, la proportion des filles et des femmes excisées dépasse largement 90 pour cent. Mais les mutilations génitales féminines sont courantes aussi au Moyen-Orient et cette pratique néfaste a été véhiculée dans presque toutes les parties du monde. SIRAH ( Secours International,le Réseau d'Aides Humanitaires ) dans sa méthodologie de lutte contre ce fléau décide de sensibiliser,de former et si possible de sanctionner. Quand à la Sensibilisation: Elle se statuera autour de trois axes à savoir :Information,Éducation et Communication (IEC) L’activité est surtout centrée sur les formations.

SIRAH ( Secours International,le Réseau d'Aides Humanitaires ) , identifie des groupes stratégiques à qui nos agents s’adressent pour faire une séance de formation. Les groupes stratégiques sont ciblés de la façon suivante :Bien avant sachons " qu'un groupe stratégique au sein d’une communauté, ce sont les personnes qui peuvent influencer positivement ou négativement la décision au sein d’une communauté.Ce sont les gens qui peuvent être favorables ou ne pas favorables à votre travail. Alors vous êtes obligés de les identifier et de leur donner aussi une formation" En cohérence avec cette logique, Nous identifions comme groupes stratégiques les leaders religieux, les exciseuses, les agents de santé, les communicateurs traditionnels et les éducateurs.

Ces personnes sont censées être incontournables dans la lutte contre l’excision. Quant aux leaders religieux, ils ont beaucoup de pouvoir dans leurs communautés. Et puisque beaucoup de personnes croient que l’excision est liée à la religion, il est important que les leaders religieux ne transmettent pas à la communauté un message qui contredit ce que disent les Association de luttes contre l'excision et les ONG. Par rapport aux enseignants, comme ils sont proches des enfants, ils peuvent transmettre le message et les influencer. De même, la position des exciseuses dans la communauté fait qu’il est important de s’adresser à elles.Surtout lorsqu'on sait qu'une exciseuse, au sein de sa communauté, tout le monde a peur d’elle. Donc elle joue un rôle important. Elle garde le secret des femmes. Elle peut influencer la décision. De la même façon, les griots, les « maîtres de la parole », communicateurs traditionnels et gardiens de la tradition, peuvent jouer un rôle en participant à la transmission d’information sur l’excision. Quant aux agents de santé, ils connaissent le physique de la personne, donc ils peuvent facilement expliquer le lien entre l’excision et la santé des gens de façon à ce que le public puisse être convaincu. Parmi les agents de santé, il y a aussi des personnes qui excisent, donc tout comme les exciseuses, ils constituent un groupe cible parce qu’il est nécessaire de les convaincre qu’il faut arrêter d’exciser. Comme l’excision est un thème très sensible dont on ne parlait pas ouvertement il y a vingt ans, il a fallu beaucoup travailler pour briser le tabou de l’excision et parvenir à parler ouvertement des problèmes liés à cette pratique

A cause du caractère sensible du sujet, la formation des agents des associations est importante.Nous avons privilégié comme stratégie la formation parce qu’il y a beaucoup d’intervenants. Donc il est nécessaire de les former parce qu’ils ne sont pas tous des spécialistes.N’est pas communicateur qui le veut. Il y a des techniques de communication.Qui le veut ne doit pas parler de l’excision parce qu’il faut bien connaître la terminologie pour pouvoir respecter la sensibilité des gens.Les séances de formation par les agents des ONG et le transfert d’information ne suffisent pas nécessairement à convaincre, et donc le plaidoyer complète le travail d’information. Les agents de l’ONG essayent d’influencer les politiciens et les leaders communautaires aux niveaux local, régional et national pour qu’ils prennent position contre l’excision. Ces hommes et femmes politiques ont la possibilité de changer les lois du pays et d’initier des initiatives à grande échelle. Les structures étatiques engagées dans la lutte font également le plaidoyer au niveau des décideurs politiques pour emmener des changements de politique, et pour des prises de décision en faveur de l’abandon de la pratique de l’excision.